menu top

Accords gastronomiques mets et thés : essayez à la maison !

Et si le thé était le nouveau vin et qu’il pouvait nous accompagner tout au long du repas ?

Déjà, aller déjeuner chez Hubert Duchenne est un évènement. Ce très jeune chef fraîchement étoilé (février 2017) sert dans son restaurant H des assiettes réellement magiques. Hyper végétales, naturelles, forcément de saison, ses créations sont splendides et surtout exceptionnellement goûteuses. Aujourd’hui, dans son restaurant H à deux pas de la Bastille, il s’est livré à l’exercice périlleux de l’association « mets et thés » pour un déjeuner tout en finesse. Nous avons ainsi eu la chance de déguster plusieurs plats accompagnés du thé le plus approprié, et l’ensemble était une expérience enthousiasmante. On ressort de table avec une seule envie : faire exactement la même chose à la maison… en plus modestement évidemment.

Menu dégustation autour des accords mets et thés – accords fusion, accords complémentaires… en tout cas coup de foudre gustatif et olfactif !

Velouté de pomme de terre, chips de riz et œufs de poisson + thé japonais sencha.

Carpaccio de daurade, kumquats, amaranthe soufflée + thé Aloha Hawaï.

Lieu jaune au panais et son beurre noisette + thé Ceylon Nuwura

Filet de cannette et céleri fumé + thé Royal Yunnan

Mousse au chocolat crumble fleur de sel et glace à la cerise + thé Sakura Bloom.

Riz au lait (soufflé) vanille et sa glace au foin + thé Oolong Fujian.

Avec le chef étoilé Hubert Duchenne, à la fin d’un sublime repas dédié aux accords mets et thés dans son restaurant H, à deux pas de Bastille

A cette occasion, j’ai pu découvrir le réel avantage des machines Special T by Nestlé : des thés absolument parfaits, infusés à la micro seconde près pour obtenir le meilleur. Logique dans une démarche de gastronomie qui ne doit rien à l’à peu-près. Autant les toutes premières machines me laissaient de marbre – trop grosses, offre de thé trop restreinte, prix élevé pour un « + » produit que je trouvais insuffisant…, autant la nouvelle génération devient plus attractive : des thés pures origines (sencha, oolong…); des mélanges plus « simples » – thés noirs du petit dej, thés verts à la menthe ou aux agrumes…; des infusions… une sacré collection, avec l’assurance d’une boisson toujours puissamment aromatique. Déjà top qualitatif à la base (dans les capsules, il n’y a que le meilleur, le haut de gamme du thé), et préparé en quelques secondes grâce à un procédé qui brasse les feuilles de manière à accélérer l’infusion sans lui nuire.

Bien sûr, rien n’empêche de continuer à faire infuser ses thés en vrac dans sa ou ses théières, ce qui est aussi l’un des plaisirs rituels de la préparation du thé. Je suis une grande fan. Mais lorsque l’on souhaite servir plusieurs thés au cours du repas (expérience mets & thés); que plusieurs convives apprécient des thés différents (thé gourmand en fin de repas); au bureau pour tous ceux qui en ont marre des « pauses café » ou sont dans une phase « détox », une machine à thé est bien pratique.

Un exemple de machine « mini ».

 

 

Les commentaires sont fermés.