menu top

La Parisienne 2015 : on y était !

La médaille de finisher ! Bien méritée :-)

La médaille de finisher ! Bien méritée 🙂

Vendredi : J-2
Récupération des dossards en fin de journée. Nous découvrons notre tee-shirt de course, il est vraiment très beau, sur fond de triskèle puisque cette année, le thème est celtique : Bretagne, Irlande… les kilts et le son du biniou nous accompagneront durant 3 jours. Et la pluie aussi, hélas. 100% celte, décidément !
Dans notre gym bag, offert par Reebok pour toute inscription à la course, nous découvrons plein de cadeaux. Une petite culotte Variance, à faire personnaliser si on le souhaite, des artistes sont sur place pour dessiner et écrire ce que l’on désire au feutre, sur le précieux sous-vêtement (on peut aussi bien entendu changer la taille et la couleur). Amusant 🙂 Plein de bonnes choses à manger aussi, avec une barre Eat Natural et des Krisprolls aux cranberries. Et puis des tas de coupons de réduction, un échantillon de lessive (sur le coup bof, mais de retour à la maison avec les vêtements de running après la course, je vous assure que la lessive prend tout son sens !), des lots à gagner, bref : de quoi s’occuper un bon moment sur le village, en passant de stand en stand, pour découvrir tout ce que les marques ont à proposer.
Toutes les filles que nous croisons sont ravies d’être là et ont hâte d’être dimanche pour la course. On papote même si on ne se connaît pas, c’est l’une des magies de cette course : toutes dans le même bateau.
Photo 11-09-2015 19 56 52 (1)

Samedi : J-1
Malgré une météo peu clémente, avec alternance de pluies et d’accalmies, l’affluence est importante. Forcément : c’est le dernier jour pour récupérer les 40 000 dossards qui attendent leur propriétaire, car demain dimanche, on court. Zéro dossard à dispo, ce sera trop tard pour venir chercher le précieux sac.
Toute la journée, des cours de fitness, des entraînements, des animations s’enchaînent à une vitesse effrénée. Il se passe toujours quelque chose sur le village. J’ai même la chance d’y croiser la géniale danseuse et chorégraphe Fauve Hautot ! Chacun vient chercher son dossard dans le calme, en fonction de son numéro et de son numéro de vague (donc son heure de départ) de demain matin. C’est tranquille.
Avec Fauve Hautot, THE danseuse et chorégraphe. Oui oui, la vraie :-)

Avec Fauve Hautot, THE danseuse et chorégraphe. Oui oui, la vraie 🙂

Dimanche : Jour J
Voilà, nous y sommes enfin ! 40 000 femmes venues parfois de très loin pour participer à cette énoooooorme course : 22 vagues de près de 2000 personnes à chaque fois, chaque vague part environ toutes les 7 minutes, on a du mal à imaginer l’énormité de la chose. Et pourtant, curieusement, on ne se sent absolument pas tassées ni étouffées, au contraire j’ai même presque l’impression d’avoir « plus de place » que lors du départ de mes précédentes courses, pourtant très nettement plus modestes. Pour le décor, il est évidemment grandiose : nous sommes sur le pont entre le Trocadéro et la Tour Eiffel. Un rêve.
La team "fruits et légumes" (sûrement pas pratique de courir quand on est une grappe de raisin !).

La team « fruits et légumes » (sûrement pas pratique de courir quand on est une grappe de raisin !).

Je suis dans la première vague, c’est à dire que je pars à 9h40 (juste après les Handisports). Avant le top départ, échauffement version maousse, petit mot de Anne Hidalgo venue nous encourager. 5, 4, 3, 2, 1, c’est parti pour une petite heure de folie totale ! A nous Paris, que des filles qui s’éclatent, le sourire aux lèvres, et si l’on n’est pas venu pour la performance – c’est mon cas et celui de l’immense majorité des filles qui s’alignent sous le portique du départ) – on profite à fond de l’animation hyper bien organisée – un groupe de musique tous les 200 mètres quasiment, c’est dingue ! de la musique live partout, tout le temps ! Dehors, sous les tunnels, sur les grosses places comme dans des recoins de rue, ça joue, ça chante, ça danse, on s’éclate.
Au 3ème kilomètre, un méga ravitaillement de bananes et fruits secs. Et des verres d’eau, aussi. Petit à petit, sous les encouragements de la foule, on grignote les kilomètres, ça passe tout seul. A l’arrivée, une splendide médaille (qui pèse son poids !), à nouveau de l’eau, un sac et une rose pour chacune des participantes. Super bon point : zéro soda, zéro chips, que des « bonnes choses », enfin un ravito logique pour une course « healthy » !
L’année prochaine, je serai évidemment à la 20ème édition, qui promet d’être démente puisque, Anne Hidalgo nous l’a confié, nous aurons les honneurs… des Champs Elysées. A l’année prochaine les filles ! Pour revoir des images de cette édition 2015, regardez les quelques vidéos ci-dessus que j’ai prises… en plein effort, et allez jeter un œil au site de La Parisienne !
Après l'effort, le réconfort. Trop fière de ma médaille !

Après l’effort, le réconfort. Trop fière de ma médaille !

Les commentaires sont fermés.