menu top

On a le droit d’être diabétique et gourmand !

Le 24 novembre prochain, comme tous les ans, c’est la journée du diabète. L’occasion pour rappeler que chaque jour, le diabétique (et encore plus le pré-diabétique, pour éviter de devenir réellement diabétique !) doit maîtriser sa consommation de glucides (sucres) d’une part, mais aussi et peut-être encore plus de gras (surtout les graisses cachées dans les sauces, plats cuisinés, biscuits, etc.) d’autre part. Il ne s’agit pas de faire un effort à chaque repas et de sortir sa calculette : ce modèle appartient au passé ! Il s’agit de comprendre les mécanismes à l’oeuvre (dans votre corps et aussi dans votre assiette) pour adopter une fois pour toutes les bons réflexes « antidiabète » à table.

Photo 10-10-2013 09 01 46

Petit déjeuner salé : une bonne solution pour manger plus de protéines et moins de glucides (sucres) le matin. Et donc, au total, moins de glucides en tout dans la journée. A condition d’apprécier la charcuterie, le poisson et le fromage le matin.

Il ressort d’une étude IFOP/Novo Nordisk que les Français connaissent relativement bien le diabète mais restent encore assez démunis pour mettre en pratique les grandes théories que l’on apprend presque par coeur : manger plus de légumes, de poissons, de pain complet, moins de sucre et de produits sucrés, etc. Mieux et plus bouger, car comme le rappelle le Pr Sébastien Czernichow « Une perte de poids sans activité physique, c’est impossible. Quand on perd du poids, on perd de la masse musculaire, or c’est elle qui « brûle les calories », donc on ne s’en sort pas si on ne bouge pas ! ».

Photo 10-10-2013 10 21 20

Les grandes lignes de ce qu’il faut faire et de ce qu’il faut éviter lorsqu’on est diabétique.

Selon le Pr Sébastien Czernichow, « juste avant de devenir réellement diabétique, c’est-à-dire de franchir les seuils fixés (glycémie, intolérance au glucose, HbA1c), on se trouve dans un état « intermédiaire ». La glycémie n’est pas complètement normale, mais on n’est pas encore diabétique au sens propre du terme ». C’est un moment crucial pour la prévention car « à ce stade, quand on met en place les mesures diététiques adéquates et que <> l’on augmente son activité physique, dans 60% des cas on retrouve un état antérieur. C’est-à-dire qu’on bascule à nouveau vers un état non diabétique ». Si on ne fait rien, malheureusement, c’est l’inverse : tout est réuni pour que l’on bascule dans l’état diabétique. C’est essentiel de comprendre que pendant ce court laps de temps, c’est presque nous qui décidons si l’on deviendra malade ou non ! D’autant que la simple correction de quelques erreurs nutritionnelles suffit dans la plupart des cas à régulariser le poids, sans pour autant recourir à un régime. Mais pour atteindre ce résultat, il faut impérativement faire « mieux » au quotidien. Donc, entre autres, à chacun des repas. Un suivi régulier est IN-DIS-PEN-SA-BLE !

Le cauchemar du diabétique :  du 100% sucre à IG super élevé !

Le cauchemar du diabétique : du 100% sucre à IG super élevé !

Si vous avez l’habitude d’utiliser internet, allez jeter un oeil à ce site, très bien fait : diabete.fr Vous y trouverez des outils de mesure, des menus de saison, de fête, des recettes, etc.

Si vous préférez un « vrai livre », nous vous recommandons ceux du Dr Pierre Nys, diabétologue et auteur de différents ouvrages ultra-pratiques sur l’index glycémique. Son dernier en date : le régime IG coeur, pour protéger votre coeur tout en maîtrisant votre glycémie, car les troubles cardiaques (AVC, infarctus…) frappent plus souvent les diabétiques que les autres. Il propose dans ses livres des programmes alimentaires au jour le jour avec des listes de courses, une réutilisation des « restes » pour ne rien perdre d’une journée à l’autre et organiser facilement vos courses au supermarché, etc. Et aussi des prescriptions alimentaires selon votre situation.

menus

Si vous cherchez un petit livre à laisser dans la cuisine afin de trouver l’inspiration chaque jour, regardez Mes petites recettes magiques antidiabète : garanties ultra simple, à l’IG parfait et super bonnes !

Dans tous les cas, faites-vous suivre régulièrement par votre médecin traitant (dans l’idéal, diabétologue) et ne culpabilisez pas si vous mangez une part de pizza de temps en temps, cela n’a jamais tué personne. En revanche, si vous avez l’habitude de boire des boissons sucrées tous les jours, il faut arrêter : l’important est de ne pas faire la même « bêtise » tous les jours, toute l’année.

Photo 10-10-2013 10 18 11

Manger mieux ne signifie certainement pas suivre un régime restrictif. Vous savez, ceux qui vous promettent de perdre de nombreux kilos sur une courte de période = à bannir. En revanche, privilégier les aliments à IG (index glycémique) bas ou modéré, à chaque repas, ça oui, c’est une excellente piste !

Photo 10-10-2013 09 47 36

Présentation Novo Nordisk « Les Français face au diabète ». Avec Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’IFOP et le Pr Sébastien Czernichow, médecin nutritionniste, Hôpital Ambroise Paré, Boulogne.

Photo 10-10-2013 09 01 53

Méfiez-vous des petits déjeuners trop riches en glucides et en graisses, comme sur cette photo. Des viennoiseries (à éviter !), des crêpes/gaufres (idem = peu gras mais IG très élevé), confitures et pâtes à tartiner… ça fait vite monter le compteur glucidique du jour. Buvez au moins une boisson sans sucre ajouté, par exemple du café ou du thé nature.

 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire