menu top

Québec food tour – I love ma petite poutine magique (Québec)

Un resto proposant de la poutine à Québec.

Pas de doute, nous sommes bien dans la délicieuse ville de Québec, avec en guest star, l’incroyable château Frontenac !

Des parcmètres « old fashion ». Ca donnerait presque envie de mettre des sous dedans !

L’heure du goûter. Quelques physalis (ici on dit « cerises de terre ») pour reprendre des forces et se remettre du décalage horaire, en profitant de la vue exceptionnelle sur le Saint Laurent, en contrebas.

Ceux qui sont allés au Québec et/ou qui ont goûté de la poutine pour la première fois à l’âge adulte sont rarement convaincus, de prime abord, par l’enthousiasme des locaux. Si on est élevé à la poutine et qu’on en mange depuis tout petit, c’est sûrement une autre histoire. Quoi qu’il en soit, ce plat mythique québécois est une curiosité esthétique, d’abord : tout en bas, des frites, dessus, du cheddar en grains, et encore au-dessus, une sauce très brune, évoquant vaguement de la sauce bbq dopée à la sauce soja.

En bouche, c’est extrêmement salé. EXTREMEMENT. Réclamez directement une dizaine de grands verres d’eau pour éviter de faire revenir sans cesse la serveuse. Tout est salé : les frites, le fromage, la sauce. Certains clients, ce jour là, ont rajouté du sel pourtant, oui c’est incroyable mais vrai. Moi, j’ai plutôt rajouté une salade Caesar, histoire de faire glisser. Et pour finir, l’ensemble est bien passé 🙂 Donc, à partir de cette base, il existe des dizaines de variantes plus ou moins surprenantes. Mais l’idée reste globalement la même : des frites, et des choses dessus.

De retour en France, j’ai eu envie de faire « ma » poutine. Evidemment, rien à voir avec celle du Québec, mais alors rien du tout, ni en terme de goût, ni en terme d’apport calorique ou de sel ! Mais j’ai trouvé intéressant le principe d’ajouter des saveurs et des couleurs à la pomme de terre, comme on le fait classiquement avec le riz ou les pâtes. Ma poutine à moi, elle est légère, de saison, peu salée et elle cale. Et elle est drôlement bonne !

Ma petite poutine magique d’automne

1) J’ai épluché puis coupé des pommes de terre en bâtonnets, façon frites. Une fois rincées et séchées, je les ai mises à dorer avec un peu d’huile d’olive dans une poêle.

2) Dans une autre poêle, j’ai fait revenir <> de l’ail et des champignons de Paris tout frais, toujours dans de l’huile d’olive. Au bout d’une dizaine de minutes, alors que les champignons commençaient à « fondre », j’ai ajouté des cubes de blanc de poulet cuit. J’ai mélangé le tout et laissé mijoter quelques minutes.

3) J’ai déposé au fond de l’assiette mes « frites » et ajouté par dessus ma « sauce au poulet et champi ».

4) J’ai servi avec une belle salade verte parsemée d’herbes aromatiques (ciboulette surtout).

 

Et toujours au Québec… la suite des aventures gustatives !

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire