menu top

Superbe exposition thé au musée Guimet

Déjà, grimper les quelques marches pour entrer dans le musée, c’est une petite fête. On a l’impression de monter vers quelque chose qui nous dépasse. Et c’est exactement ce qui se passe lors de la visite de l’expositio

n Thé à Guimet. Aux antipodes de l’expo ennuyeuse que l’on craint parfois quand on est enfant, nous sommes ici

au coeur de la vie du thé. Si vous avez un smart phone, n’hésitez pas à jouer du flash code : les explications du commissaire de l’exposition Jean-Paul Desroches, sont passionnantes.

Il nous apprend ainsi, que…

– Après l’eau, le thé est la boisson la plus consommée dans le monde.

– Qu’il y a 3 grandes « périodes » :

1) celle du thé bouilli, à l’époque médiévale – on le consomme alors comme une soupe, avec dans le bouillon de thé du gingembre, des oignons, des épices, du sel… C’est assez amer.

2) celle du thé battu, à partir du Xe siècle – on le réduit en poudre, on le fouette et on le consomme tel quel.

3) celle du thé infusé, à partir du XIVe siècle – on ne met que quelques feuilles dans l’eau et on les laisse infuser. Nous en sommes toujours là aujourd’hui ! Cette « période » a donné lieu à une grande créativité concernant les contenants (théières, tasses) et a rendu l’usage du thé plus facile. Du coup, celui-ci a pu enfin s’exporter. En 1606, la première caisse de thé débarque en Europe, au port d’Amsterdam.

– Que la cérémonie du thé est un moyen de sublimer le moment présent, d’en faire un instant d’éternité.

– Que la célèbre tonne de thé (en photo ici) d’Ai Wei Wei souligne, par son aspect géométrique, cubique, l’aspect fondamental de cette denrée. Ce méga cube de thé, constitué d’empilement de strates de feuilles, évoque aussi la longévité de la Chine.

– Que l’arbre qui fournit le thé donne des fleurs dites complètes (mâles et femelles), ce qui est rare.

– Que l’eau est le corps du thé et le thé, l’esprit de l’eau.

– Qu’en Chine, avant de boire du thé, on buvait du saké… forcément grand stimulant de l’imagination ! Le thé est arrivé par le biais du bouddhisme, dont le gouvernement se méfiait (pas question qu’une religion viennent le « concurrencer »). Saké et thé se sont ainsi affrontés, duel magnifiquement illustré dans ce manuscrit du Xème siècle : le thé dit « j’apporte la sérénité », l’alcool dit « j’apporte l’ivresse », l’eau dit « taisez-vous, sans moi vous n’êtes rien » !

– qu’au VIe siècle le thé était carrément considéré comme un médicament.

Le thé à Guimet, jusqu’au 7 janvier 2013. Pour tous les renseignements pratiques, c’est ici. Pour télécharger gratuitement le livret de l’exposition, c’est là. Et si vous y allez le 13 décembre, pourquoi ne pas assister à cette conférence gratuite ?

2 réponses à Superbe exposition thé au musée Guimet

  1. Laure MESTRE 8 novembre 2012 à 22 h 32 min #

    Merci pour cette critique alléchante qui met le thé à la bouche ! Une belle idée de sortie hors des sentiers battus pour ma prochaine virée parisienne. Laure de A TOUS LES ÉTAGES

  2. Anne 12 novembre 2012 à 18 h 47 min #

    Je crois que vous ne serez pas déçue !

Laisser un commentaire