menu top

Test matériel : les 3 meilleures chaussures de running à moins de 100 €

6 paires différentes1

Les meilleurs conseils pour les débutants !

Vous le savez déjà : notre politique n’est pas de vous faire dépenser des fortunes pour un matériel inutile. C’est exactement l’inverse : nous cherchons à vous conseiller le plus objectivement possible, comme on le ferait avec notre meilleure amie, notre sœur, notre mère. Pour les chaussures de running, la question est : « ai-je vraiment besoin d’une paire de baskets dédiées au running ». La réponse, après essais, est OUI. Je précise bien « après essai » car l’idée n’est pas de vous ressortir l’avis d’un spécialiste ou d’un vendeur de chaussure, ni de promouvoir une marque ou même de se faire l’écho de paroles d’un kiné, par exemple. L’idée est d’essayer, presque au hasard, des chaussures de running à la portée de tous, de se faire un avis au fil des séances, et de le partager avec vous.

Donc, pour les chaussures, c’est sûr, si vous décidez de vous (re)mettre au running, il vous en faut une paire. Neuve. C’est même totalement INDISPENSABLE. Autant les autres produits « running », depuis la tenue jusqu’au brassard en passant par les chaussettes, peuvent être considérés comme améliorant le confort – mais pas indispensables, en tout cas pour vos premières séances. Autant il est incontournable d’avoir une bonne paire de chaussures et ce dès le premier mètre parcouru. De grâce n’exhumez pas une vieille paire de tennis en vous disant « ça ira bien ». Non, ça n’ira pas, et vous risquez de vous en souvenir longtemps. En plus, vous ne prendrez aucun plaisir à courir, ce qui est quand même un comble. Récemment, une amie est partie courir, enthousiaste devant mon enthousiasme face à mes progrès : un beau matin, elle a enfilé ses Converse et s’est mise à courir comme un lapin. Pendant 8 minutes. Retour à la maison en claudiquant. C’était il y a 3 semaines, elle boîte encore un peu aujourd’hui. Elle s’est fait mal au talon, vraiment. Ne faites pas comme elle !

Rappel = quand on court, les pieds supportent le poids du corps X 3 à 5 fois. Par exemple, si vous pesez 70 kilos, ils se transforment en 200 à 300 kg à chaque foulée. Aussi, il est évidemment très, très important de choisir une paire de chaussure capable d’absorber une partie de ce poids et de limiter l’impact d’un sol trop dur (surtout en ville) sur le dos et les articulations. Si l’on se remet au sport, ou que l’on décide de courir « sérieusement », ce n’est pas pour se faire mal. Au contraire, on veut se faire du bien !

Donc, j’ai testé pour vous pas mal de paires de chaussures, j’en ai acheté, on m’en a prêté, offert (à mon anniversaire, je reçois toujours des cadeaux dans ce genre là, allez savoir pourquoi !), etc. Au total, j’ai fait le tri et j’en ai sélectionné 3 pour leur excellent rapport qualité prix. Voilà donc 3 trois paires de chaussures que je pourrais conseiller à quelqu’un que j’aime et à qui je veux du bien ! Vous le verrez, il n’est pas ici question de critères techniques ni de vocabulaire compliqué, je laisse ça aux spécialistes. Il est question de 1) Ai-je pris du plaisir avec ces chaussures ? Pourquoi ? 2) Si je les perdais aujourd’hui, est-ce que j’en rachèterais une paire ?

go sport Arun

GO SPORT ARUN 303 : LA MOINS CHERE

Mon avis : c’est une bonne chaussure, très confortable et agréable, si vous démarrez et que vous n’êtes pas en fort surpoids. Elle est parfaite pour alterner course et marche. D’ailleurs, vous l’adopterez probablement, comme moi, pour des séances de marche un peu sportive. Un vrai chausson !

Idéale : je cours avec au stade par tous temps. Lorsqu’il pleut (un peu), mes pieds restent curieusement au sec. Je parle d’une petite bruine, pas d’une mousson. Et quand il fait très chaud, pas de frottement, elle respire bien. Elle coûte 55 €, ce qui est très raisonnable compte tenu de ses performances.

Moins bien : 1) Sur le bitume elles « tapent » un peu trop, le dos et les genoux rechignent, à force. 2) On ne peut pas retirer la semelle de propreté. C’est dommage parce que l’intérieur de la chaussure sèche moins vite.

ELIORUN KALENJI (DECATHLON) : EN CAS DE MAL AU TALON OU AUX TENDONS

Mon avis : Voilà LA chaussure que je rêvais de trouver chez Décathlon. C’est à dire une chaussure technique (très bien pensée et très bien finie) mais à un prix très abordable. De fait, elle rivalise largement avec les chaussures de « grandes marques » dotées de gel, d’air ou autres matériaux amortissant.

Idéale : si vous courrez en ville, sur un sol par définition ultra dur (bitume), choisissez-la les yeux fermés. En plus, la semelle de propreté se retire, un vrai plus « hygiène » et « anti-mauvaises odeurs ».

Moins bien : il faut voir à l’usage, mais sur déjà plusieurs dizaines de kilomètres parcourus, rien à redire !

Elle coûte moins de 60 €, franchement un record pour une chaussure aussi performante. A moins avis le meilleur rapport qualité/prix du test.

Asics

ASICS GEL ZARACA : TOI AUSSI DEVIENS UN CHAMPION !

Mon avis : une chaussure qui réunit tout ce dont on peu rêver quand on commence à courir : légère mais robuste, chaussante mais laissant le pied suffisamment « libre », super amortissante mais restant dynamique.

Idéale : elle est polyvalente, parfaite au stade comme dans la rue, sur les chemins caillouteux. La semelle de propreté se retire pour une aération maximale de retour « du sport ». Cela permet de garder une chaussure nickel nettement plus longtemps, et sans aucune mauvaise odeur.

Moins bien : rien n’est moins bien !

Elle coûte 80 €, une somme justifiée compte tenu de ses caractéristiques techniques.

Ce qu’il faut savoir : 

– Si vous courez plusieurs fois par semaine (disons 3 fois), prévoyez de remplacer vos chaussures tous les 6 mois – si vos sorties sont longues – à 1 an. Eh oui, ça s’use ces petites choses là ! Dès que de retour d’un jogging vous sentez une petite douleur au genou, ou à la hanche, soyez vigilant. Retentez une séance avec et si la douleur réapparaît, ne l’utilisez plus pour courir. Vous pouvez la recycler pour marcher !

– N’achetez jamais vos chaussures sur internet, sauf si vous les connaissez déjà (= si vous les avez déjà portées), et encore. Le modèle peut changer légèrement selon les séries. Une chaussure s’enfile en magasin, on doit marcher avec dans les allées, tester l’amorti en courant un peu sur place, vérifier sa souplesse en se baissant, en se relevant. Vous devez impérativement vous sentir parfaitement bien, sinon ne prenez pas.

– Choisissez toujours une bonne pointure en plus de la vôtre. Par exemple, si vous chaussez du 39, prenez une chaussure de running en 40. Les pieds gonflent et un manque d’espace peut vite devenir un enfer. Ampoules, etc.

 – Si vous prévoyez de courir en ville et sur sol dur (dans la rue), prévoyez impérativement un bon amorti. Si vous pensez courir sur seule meuble ou plus souple (terre, stade), l’amorti reste important mais moins, et là privilégiez une chaussure bien stabilisante. 

– Plus la chaussure est légère, moins elle amortit. Ce n’est pas une règle absolu car la technologie d’aujourd’hui fait vraiment des merveilles, mais globalement gardez ça en tête. Il faut laisser de la place dans une semelle pour y insérer du gel, de l’air ou un matériau quelconque amortissant. Plus la chaussure est légère, plus la semelle est fine donc moins il y a de place pour de « l’amortissant ».

Deux paires « en marge » avec des spécificités qui méritent d’être mentionnées

Merrell

MERRELL : LE REVE EN ETE ET EN VOYAGE

Mon avis : ultra légère, « minimaliste », ce sont de vrais « gants pour les pieds » comme leur nom l’indique. Elles permettent de sentir les aspérités du sol (agréable) tout en amortissant parfaitement le poids du corps quand on court (pas mal au dos), à condition que ce soit sur de courtes distances et sur terrain souple.

Idéale : en été quand on crève de chaud et qu’on transpire fort. Parfaites aussi dans le rôle de chaussures de marche ET de running en voyage, pour ne pas alourdir la valise. En plus, elles ne prennent pas beaucoup de place.

Moins bien : inadaptées en hiver ou par temps froid/de pluie. Même quand il fait frais, elles sont insuffisantes. Impossible de retirer la semelle de propreté donc le risque est que les chaussures sentent assez vite la transpiration. Je ne les recommande pas pour débuter : si vous démarrez en running et/ou que vous êtes en surpoids, prenez un amorti + fort (semelle plus épaisse), vous serez plus confortable.

Pourquoi elle ne figure pas dans le Top 3 ? 

– Parce qu’elle n’amortit pas suffisamment.

– Parce qu’elle coûte 110 €.

Under Armour

UNDER ARMOUR TC CHARGE RC 2 M : VOLEZ AU DESSUS DU SOL

Mon avis : extra confortable. Rien ne blesse, rien ne frotte, c’est le bonheur total en cas de pieds sensibles, comme les miens. Au dessus des orteils, le tissu ressemble à du néoprène en très léger et fin, c’est super agréable, à la fois douillet et tenant bien le pied.

Idéale : pour débuter directement avec du matos haut de gamme. On se sent bien tout de suite avec, elle est légère, avec de belles finitions. Même en n’y connaissant rien au matériel, on sent qu’on a là une chaussure « exceptionnelle ». Top si vous transpirez beaucoup : il y a plein de petits trous au-dessus, mais aussi et surtout (seule paire où j’ai pu le constater), en dessous ! Donc, la transpiration s’évacue réellement très vite, c’est vraiment un très gros plus. Ces chaussures sont hyper légères et pas « encombrantes » quand on court. Débutante, je n’imaginais pas à quel point ce « détail » est important. Elles ne pèsent que 262 g, autant dire rien ! Pourtant, malgré la semelle relativement fine (d’où la légèreté), la technique assez géniale dans cette chaussure permet d’obtenir un super amorti, comparable à d’autres chaussures nettement plus « épaisses ». Résultat une impression de légèreté, que rien ne vous arrête, de voler en somme. Je constate au fur et à mesure de mes séances avec ces chaussures plein de petits détails bien pensés, comme la partie intérieure de la languette gaufrée pour un bon confort, même si vous lacez fortement la chaussure.

Moins bien : 1) Personnellement je n’aime pas trop les chaussures qui « s’enfilent » comme des chaussettes. Je ne sais pas pourquoi, ça doit me rappeler les chaussures de ski, avec l’impression que le pied est prisonnier, qu’il va étouffer. Ceci dit, pour être honnête, là c’est le cas mais très atténué, donc pas si gênant. Et je le redis : une fois le pied dedans, il est très à son aise. 2) Revers de la médaille : les trous sous la semelle évacuent l’eau mais… l’absorbent aussi : sur sol mouillé, par exemple sur le sable à marée basse, l’eau de mer remonte dans la chaussure par capillarité et trempe très vite chaussure et chaussette. Et pied ! 3) Sur sol « compliqué » (avec des cailloux, des graviers, des trous) ou mou (sable), je la trouve assez peu performante, comme si elle perdait tout son intérêt. On ne vole plus, on s’embourbe, le pied se prend les trous de plein fouet, etc.

 Pourquoi elle ne figure pas dans le Top 3 ?

– Parce que sur de longues distances, elle finit par donner des crampes aux orteils.

Parce qu’elle coûte plus de 100 €.

3 réponses à Test matériel : les 3 meilleures chaussures de running à moins de 100 €

  1. Franz Villefort 2 décembre 2014 à 1 h 16 min #

    Ces chaussures ont l’air très confortable. Le problème c’est que mes orthèses sont parfois trop grandes pour mes chaussures et je ne peux plus les porter. Est-ce que l’intérieur est spacieux?
    Franz Villefort | http://www.equilibrum.ca

  2. Anaïs 26 juillet 2016 à 9 h 15 min #

    Bonjour,
    Au delà des paires de chaussures qu’il n’est plus possible de trouver pour certaines (ça va tellement vite les collections !), cet article est plein de bons conseils à suivre.
    Merci ! 🙂

  3. Fernand 9 août 2016 à 9 h 02 min #

    Super l’article, il m’a bien aidé dans ma recherche.
    Un grand merci.

Laisser un commentaire