menu top

Tomates, je vous aime (et j’ai 1001 bonnes raisons pour ça ) !

tomates roses

paxil prescription

Les tomates constituent une véritable attraction pour la plupart des badauds et des gourmands. Mais pour moi, cette attirance confine à la passion. Je ne parle pas des pauvres choses calibrées et fadasses du supermarché, je parle des vraies tomates, qui ont poussé dans un jardin, vu le soleil, conversé avec des petits insectes, pris du goût, de l’assurance, de la personnalité. Des tomates, quoi. Cet été, comme à chaque fois que j’ai la chance de « traîner » dans les marchés, j’ai encore une fois été stupéfaite du nombre de variétés aussi surprenant que délicieuses. En plus, la tomate, pour la santé, c’est quelque chose ! Voici ci-dessous une fiche détaillée* de ses pouvoirs magiques… Au moins 101, sinon largement plus… ! Pour ceux qui ont faim, filez tout en bas goûter la recette de tomates gratinées, il n’y a pas plus simple et pas meilleur, surtout en ce moment !

*Ce texte est tiré du livre Ma bible  de la Santé Nature.

Madame tomate    

En résumé elle est : antioxydante, anticancer, top minceur

„Ses principaux apports nutritionnels

Ÿ  Fibres

Ÿ  Potassium

Ÿ  Vitamine C

Ÿ  Vitamine E

Ÿ  Carotènes

Ÿ  Lycopène, flavonoïdes…

Ÿ  Acide coumarique

Ÿ  Acide chlorogénique

tomate 11

Mais encore : 

Ÿ  Fibres : pas très nombreuses mais douces.

Ÿ  Potassium : riche en potassium et pauvre en sodium, comme la plupart des légumes.

Ÿ  Vitamine C : elle potentialise l’action du lycopène.

Ÿ  Vitamine E : la teneur dépend du mode de culture.

Ÿ  Carotènes : c’est au lycopène qu’elle doit sa couleur rouge.

Ÿ  Lycopène, flavonoïdes… : sa carte maîtresse, top antioxydante.

Ÿ  Acide coumarique, acide chlorogénique : anticancer, antioxydants.

Ÿ  Calories : 15/100 g.

Et aussi : 

C’est la saison ! De juillet à octobre.

Ça se conserve comment ? Jusqu’à 4 jours à température ambiante.

Ça se congèle ? Non (sauf si vous avez préparé trop de sauce ou de tomates farcies !).

Ça se mange cru ? Oui.

Cuisson conseillée ? 15 minutes à la poêle ou 20 minutes au four.

Les tomates anciennes de Sophie (voir légendes plus bas :-)

Les tomates anciennes de Sophie (voir légendes plus bas 🙂

Capital santé

La tomate est très riche en antioxydants. Vitamines C et E, carotènes (bêta-carotène, lycopène), flavonoïdes (quercétol), acides…

Elle protège de plusieurs cancers. D’abord celui de la prostate, son organe de prédilection : elle s’y concentre comme nulle part ailleurs. Ensuite ceux du sein, de l’endomètre et du poumon (pour ce dernier, les acides coumarique et chlorogénique jouent également un rôle non négligeable). Pour bénéficier de la substance reine, le lycopène, il est nécessaire de la cuire et d’y ajouter de l’huile d’olive. En effet, le lycopène se libère à la chaleur et son action est potentialisée par celle d’un corps gras. La sauce tomate et la pizza « maison » sont donc tout indiquées.

L’effet anticancer du lycopène pourrait être deux fois supérieur à celui du bêta-carotène, déjà bien placé sur ce plan. Un atout renforcé par les vitamines C et E de miss tomate.

L’acide coumarique et l’acide chlorogénique sont des éléments anticancer relativement nouveaux pour les chercheurs. Bien qu’ils aient toujours existé dans les tomates, évidemment. Ces deux acides empêcheraient la transformation de nitrates (inoffensifs en tant que tels) en nitrosamines (potentiellement cancérigènes). Pour en savoir plus sur ce problème des nitrosamines, voyez p. XXX.

Le lycopène est un antioxydant encore bien plus puissant qu’on le croyait jusqu’à récemment. Il semble qu’il soutienne l’activité mentale des personnes très âgées, les aidant à prolonger leurs activités quotidiennes le plus longtemps possible.

Ultralight, la tomate. C’est l’un des rares légumes recommandés dans tous les régimes minceur, y compris le très sévère hyperprotéiné.

Crue, en entrée, à croquer ou sous forme de salade, elle stimule les sécrétions digestives et améliore l’assimilation du repas tout entier.

tomate 7

 Bon à savoir : 

Pour ménager les intestins fragiles, ôtez la peau et les pépins des tomates.

L’acidité de la tomate peut agresser les estomacs vraiment sensibles, et même irriter la fragile muqueuse buccale, donnant une impression de « bouche qui brûle ». Rien de grave, mais suffisamment désagréable pour espacer la consommation. C’est dommage. Essayez-la cuite, en sauce par exemple. C’est mieux, non ?

Si vous êtes allergique à l’aspirine, méfiance : les tomates renferment des composés très proches, appelés salicylates. Il est fort probable que vous ne soyez pas embêté, mais il existe un risque, même faible, qu’une tomate déclenche des réactions allergiques graves chez vous.

Autres tracas potentiels (mais rares, rassurez-vous, vu le nombre de tomates consommées chaque année !) : les tomates peuvent éventuellement provoquer une crise d’eczéma ou d’asthme, voire des maux de tête. Là encore, c’est passager, mais pour le moins gênant. Il n’y a pas grand-chose à faire hélas, sinon ne pas abuser de sa consommation.

2013-08-14 12.24.50

Astuces de pro

ŸContrairement aux apparences, les tomates ont une saison : c’est du 15 juillet au 15 octobre. On se régale alors de tomates françaises, cultivées en pleine terre. Sinon, ce sont généralement des tomates d’importation, ou de culture hors-sol, moins passionnantes.

Ÿ Fruit ou légume ? D’un point de vue strictement botanique, la tomate est un fruit. Tout comme l’aubergine et le poivron, d’ailleurs. Mais comme on les cuisine dans des recettes salées, ils sont considérés, sur un plan culinaire, comme des légumes. D’ailleurs, pour poursuivre (et terminer) avec cette histoire de terminologie, le fruit correspond à quelque chose de bien précis en botanique, puisque son rôle est d’assurer la diffusion des graines de la plante, autrement dit de l’aider à se reproduire. Alors que le légume, lui, n’a aucune définition exacte. Seul notre estomac comprend de quoi il s’agit : la partie comestible d’une plante !

Petites tomates anciennes au marché de Monpazier en Dordogne (Photo de Sophie Pensa, du blog Homéo Malin - Merci !)

Petites tomates anciennes au marché de Monpazier en Dordogne (Photo de Sophie Pensa, du blog Homéo Malin – Merci !)

Ÿ  Impossible de passer un bon été sans ces tomates !

–        La tomate cerise : on en trouve de différentes couleurs (rouges, jaunes), de différentes formes (petites, plus grosses, en forme de poire) mais toutes conviennent pour croquer sans plus de cérémonie. Elle roule aussi dans les plats de pâtes, mais il faut alors les couper en deux. Dommage, on aime tellement les croquer et sentir leur jus exploser en bouche…

–        La tomate allongée : la roma et l’olivette sont dévolues à la préparation des sauces et autres conserves. Leur chair est dénuée de pépins (ou presque) et peu juteuse.

–        La classique tomate ronde est polyvalente, elle vous accompagne en pique-nique mais tient aussi son rang dans n’importe quelle préparation.

–        La tomate côtelée, rustique, légèrement aplatie, est fondante et parfaite pour les jus, les gaspachos, les soufflés, la farce. La plus célèbre d’entre elles, la cœur de bœuf, est un poème gustatif à elle seule.

Ÿ  Les tomates sans pédoncules ne sont pas des bizarreries : on le leur a ôté afin qu’elles ne blessent par leurs voisines.

Ÿ  Une tomate un peu verte finit par mûrir tranquillement. En revanche, bien mûre, elle se conserve mal : à consommer tout de suite !

Ÿ  Les tomates sont conciliantes : elles aiment à peu près tous les autres légumes, et la grande majorité des plats les acceptent. Les versions « méditerranéennes » c’est-à-dire avec huile d’olive, ail et autre légume du soleil sont très tendance. Les tomates adorent aussi la semoule, les œufs, les pâtes et le riz.

Ÿ  Réduisez le temps de cuisson annoncé dans les recettes afin de préserver vitamines et saveur.

Ÿ  Une entrée parfaite zéro effort ? Il suffit de rincer la belle, de la tailler en rondelle, de l’agacer de quelques gouttes d’huile d’olive versées en pointillé, de la parsemer de ce que vous voulez (oignons, herbes, sel, poivre, citron…) et de n’en faire qu’une bouchée.

1 kg de tomates ça fait quoi ? D’un seul coup d’œil, « pesez » vos tomates : 1 kg = 40 à 50 tomates cerises ou 10 tomates rondes moyennes ou 4 grosses tomates.

 

"Elles ont des noms trop beaux, comme Rose de Berne ou Tomate du Voyageur ou Corne des Andes", nous dit Sophie.

« Elles ont des noms trop beaux, comme Rose de Berne ou Tomate du Voyageur ou Corne des Andes », nous dit Sophie.

Ÿ  Un peu fades, vos tomates ? Quelques gouttes de vinaigre balsamique rattrapent le coup.

Ÿ  Pour l’éplucher facilement, incisez-la légèrement et plongez-la quelques minutes dans l’eau bouillante : la peau se détache toute seule. Cela s’appelle « monder une tomate ». Pour épater : préparez des tomates séchées comme des raisins secs (voir « Raisin », p. xxx) en disposant de fines tranches de tomates sur un plat que vous oubliez au four pendant 2 heures minimum. Basse température surtout, pour ne pas brûler mais seulement assécher.

Ÿ  Les jus de tomate tout prêts sont souvent trop salés. Lisez bien les étiquettes.

Ÿ  Les tomates en boîtes ? Pourquoi pas, c’est bien pratique ! Préférez peut-être les récipients en verre car l’acidité des tomates finit par attaquer certains revêtements de plastique ou de métal.

Petites tomates anciennes au marché de Monpazier en Dordogne (Photo de Sophie Pensa, du blog Homéo Malin - Merci !)

Petites tomates anciennes au marché de Monpazier en Dordogne (Photo de Sophie Pensa, du blog Homéo Malin – Merci !)

Et enfin, une petite recette pour la route …

  • Tomates gratinées

3 tomates

1 ou 2 tranches de pain sec (à défaut, des biscottes)

Huile d’olive

= Préchauffez le four (surtout le gril). Coupez les tomates en deux dans le sens horizontal. Mixez le pain sec ou les biscottes. Répartissez cette « panure » sur les tomates. Ajoutez un filet d’huile d’olive et enfournez près du gril pour « gratiner ». Dégustez dès que la texture et la couleur vous conviennent.

Des tomates de 2 couleurs dans un même plat, ça fait toujours son petit effet en cuisine !

Des tomates de 2 couleurs dans un même plat, ça fait toujours son petit effet en cuisine !

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire