menu top

Vous préférez des fleurs ou des bonbons ? (5 bonnes raisons santé de manger des fleurs)

Nous avons déniché ces magnifiques pétales de rose et de violette cristallisés chez un commerçant du centre ville de Carnac, en Bretagne. Un délice !

Nous avons déniché ces magnifiques pétales de rose et de violette cristallisés chez un commerçant du centre ville de Carnac, en Bretagne. Un délice !

Entre les fleurs et les bonbons, je n’ai jamais su choisir. J’aime trop les deux ! Et des fleurs bonbons, alors là, c’est le top. FLOWER POWER ! Même si, bien sûr, on peut évidemment consommer des fleurs au naturel, joliment disposées sur de la salade, en tapas ou autres douceurs toujours surprenantes et très parfumées. Mais il y a bien d’autres raisons de manger des fleurs… En voici quelques unes. D’abord, il faut le savoir, ces dames sont les reines des pigments, connus pour leurs propriétés antioxydantes. Selon la variété de fleurs, on trouve notamment…

Ÿ  Flavones : les pigments « blancs ».

Ÿ  Anthocyanes : pigments rouge foncé-violets-noirs, bons pour la circulation et amis du cœur.

Ÿ  Caroténoïdes : pigments jaunes-oranges-rouges, bons pour les yeux et anticancer.

Ÿ  Vert : chlorophylle, détox.

Ÿ  Ensemble de vitamines et de minéraux : concentré dans le pollen de la fleur.

Ÿ  Vitamine C : dans le bleuet, la fleur de bourrache, la capucine.

Et les beignets de fleur de courgette, ce n'est pas une merveille peut-être ?

Et les beignets de fleur de courgette, ce n’est pas une merveille peut-être ?

5 raisons d’en manger plus souvent

  1. Elles sont bourrées de pigments protecteurs, qui leur servent à attirer les insectes pollinisateurs et autres oiseaux « utiles », mais aussi à se défendre contre les attaques microbiennes, climatiques, solaires…. Certains médicaments ou compléments alimentaires sont fabriqués à partir de ces pigments.
  2. Elles colorent les plats, que dis-je, elles les enchantent ! Tout en apportant, chacune, son bénéfice santé : le souci est apaisant et anti-inflammatoire (mangez les fleurs mais mettez-les aussi à infuser dans votre bain), la bourrache antirhume, la pâquerette, détox.
  3. Toutes celles que l’on consomme en tisane peuvent être mangées, donc cuisinées. Par exemple la lavande ou le coquelicot.
  4. Elles possèdent des saveurs inimitables et ne ressemblent à aucun autre aliment.
  5. En cuisine elles sont hyper-polyvalentes. On les consomme sur une salade salée ou sucrée, sur un plat chaud, sur des bouchées de type tapas, en bonbons traditionnel, fleurs cristallisées (les bonbons ! Viiite la recette en images, c’est ici !), en confiture idem, en infusion (pour de l’eau aromatique , des tisanes, des cocktails spécial « sportif  » (par Christophe Hausswirth le boss diététique de l’INSEP himself !) ou des préparations infusées type crèmes glacées, lait aromatisé…).
Des boutons de rose... à plonger dans le champagne. La classe !

Des boutons de rose… à plonger dans le champagne. La classe !

Mais attention…

Toutes les fleurs ne sont pas comestibles. Ne cueillez pas n’importe quoi, n’importe où. Certaines provoquent de simples irritations en interne (exemple : bouton d’or), tandis que d’autres sont carrément mortelles (ciguë, datura, laurier-rose). Entre ces deux extrêmes, on croise aussi des fleurs inintéressantes sur un plan gustatif, ou contre-indiquées chez certaines personnes (ne consommez pas de fleur de bégonia si vous êtes sujet aux calculs rénaux oxaliques), ou encore utilisables seulement sur la peau (arnica par exemple). Comme pour les champignons, informez-vous avant de partir à l’assaut de la gastronomie florale.

Les principales fleurs toxiques = Aconits (paniculé, napel, tue-loup…), adonis de printemps et d’été, anémones pulsatilles et du mont Baldo, arnica, belladone, bouton d’or, bryone, grande ciguë, colchique, datura, digitale, hellébore noire, laurier-rose, chélidoine, chèvrefeuille étrusque et des haies, clématites, cytises, euphorbe, erysimum, genêt à balai, houx, iris, lupin, mouron rouge, muflier, muguet, narcisse (= jonquille), nivéole, perce-neige, rhododendron, sceau de Salomon odorant, sureau yèble (= petit sureau).

Allergiques au pollen ? Retirez le pistil (au milieu), c’est plus prudent. Mais si votre allergie est minime, vous ne devriez pas rencontrer de problème, malgré tout (le pollen vous pose souci dans le nez, a priori pas dans l’estomac).

Vous ne trouvez pas de fleurs comestibles chez votre primeurs ? Faites-les pousser vous-même ! Vous réglerez le problème de l'approvisionnement.

Vous ne trouvez pas de fleurs comestibles chez votre primeurs ? Faites-les pousser vous-même ! Vous réglerez le problème de l’approvisionnement.

Comment en profiter au maximum pour la santé

ŸFleurs de rose, de violette, de mimosa, de coquelicot, de pissenlit…. elles sont des centaines à ne demander que ça : égayer le décor d’un gâteau ; aromatiser une salade de concombre, du beurre, des glaçons, un miel, du vinaigre ; trôner cristallisées sur une petite assiette proposée avec le café en fin de repas… Découvrez les fleurs en cuisine !

ŸJadis, nous en consommions bien plus, comme en témoignent les recettes traditionnelles de certaines régions. Mais leur fragilité a eu raison de notre amour pour elles : comme elles ne voyagent pas bien, ni ne se stockent sans dommage, elles ne sont pas adaptées à nos modes de vie hyper-industrialisés. Quel dommage… Pas question pour autant de les laisser dans l’oubli, et encore moins question d’acheter vos fleurs chez le fleuriste, où elles ont subi des traitements chimiques pour mieux se conserver : faites-les pousser dans votre jardin ou votre balconnière, ou allez les cueillir sur les petits chemins : sauvages, non traitées, elles sont parfaites bien sûr !

ŸConsidérez les fleurs comme des épices ou des aromates : par petites touches, elles sont sublimes, un plein saladier, non. Vu sous cet angle, cela relativise leurs apports nutritionnels, par exemple en vitamine C… mais ils restent honorables en ce qui concerne les pigments antioxydants, que l’on consomme de toute façon en faible quantité.

Des boissons aux fleurs.

Des boissons aux fleurs.

 Maintenant je vais manger une violette et une rose cristallisées, et je vous invite à faire de même si vous n’avez jamais goûté !

Le texte de ce billet est extrait du livre Ma bible des aliments Santé-Minceur.

Photo 16-03-2015 14 27 01 Photo 16-03-2015 14 27 51

Les commentaires sont fermés.